Symbolique des réformes d’Akhenaton

Les Titulatures sous le Nouvel Empire

Les Pharaon de la XVIII° Dynastie ont ajouté nom aux quatre autres noms de la titulature royale, exprimant de ce fait l’idée que le Pharaon est la forme humaine de Rê, c.-à-d. que Pharaon est engendré par Rê, qui règne sur toute la terre de l’Egypte.

Ces cinq noms de titulature sont :

1- Le nom d’Horus désigne le Pharaon comme une manifestation d’Horus l’Ancien, dieu le plus ancien du ciel (Horus dans le palais, c.a.d pas encore Horus, fils d’Osiris). Les premiers Pharaons étaient désignés par ce seul nom d’Horus. Sous le Nouvel Empire, « Taureau puissant » est ajouté au début, mais son usage était pour le moins tout à fait variable
2-Le nom de Nebty Nekhbet et Wadjet étaient les déesses protectrices respectivement de Haute et Basse Egypte (un vautour et un serpent, chacun placé sur un panier : « Madame »). Ces deux déesses se rapportent à la dualité du royaume du pharaon, en tant que « Seigneur des Deux Terres ». Ces « Deux Dames » correspondent aux « Deux Seigneurs », à savoir les dieux royaux Horus et Seth
3- Le nom d’or ou nom d’or d’Horus un faucon placé sur un collier perlé (or), mais l’interprétation du faucon comme Horus est incertain. Le nom pourrait se rapporter à la richesse et à la splendeur de Pharaon (l’or était considéré comme la « chair » des divinités)
4- Le nom de Trône (prenoment) est précédé par le titre « Roi de Haute et Basse Egypte » et est enfermé dans un cartouche (un long ovale protecteur entourant le nom de trône : Cf. les amulettes). Des études plus récentes tendent à faire penser qu’il y a un rapport concernant le pharaon et ses politiques (et non un rapport théologique au sujet du dieu). Le nom de Trône est composé avec le nom du dieu du Soleil Rê (hiéroglyphe y compris du disque du soleil)
5- Le nom personnel (nomen) est toujours accompagné de l’épithète : « fils de Rê ». C’est le nom donné au prince à la naissance. Après son couronnement il est également enfermé dans un cartouche. Avec ce nom, il est affirmé que Pharaon est un dieu par sa naissance.

Il est assez rare que les cinq noms soient employés ensembles sur un simple monument. Quand un seul nom est employé pour désigner Pharaon, c’est le nom de Trône qui est le plus couramment utilisé.

Les modifications de titulature d’Amenophis IV ou Akhenaton (1353-1350 av.JC)

On peut se demander si Amenhotep III a régné avec son fils ? Une longue corégence des deux Pharaons est exclue. Au contraire, il semble plutôt que, pendant longtemps, le prince pouvait très probablement avoir peu d’espoir de ne jamais monter sur le trône de ses ancêtres : c’est son frère, le prince Thoutmosis qui est désigné en tant qu’héritier d’Amenhotep III et, en tant que tel, devient Gouverneur de Memphis et Grand-Prêtre de Ptah. Thoutmosis meurt jeune, pour des raisons inconnues (en l’année 27 ou 1365 av.JC).

La titulature royale d’un Pharaon peut être vue comme le programme de son règne.

À son accession au pouvoir, à la mort de son père Amenhotep III (1353 av.JC), le nom de trône adopté par Amenhotep IV était « Nefer-kheperu-Rê-Waenre » (ou : « parfaites sont les manifestations de Rê, la plante du pied une de Rê »). Il ne le changera jamais.

Son premier sanctuaire (un complexe ) est construit à Karnak. Le travail étendu a nécessité des dizaines de milliers de blocs de construction (talatat). Un des sanctuaires semble avoir été réservé à l’épouse Nefertiti, où sont mise en œuvre des pratiques cultuelles habituellement exécutées par Pharaon.

JPEG - 29.6 ko
talatat
Les talatats sont les pierrres caractéristiques de l’époque amarnienne, utilisées pour l’édification de monuments

Rê-Horakhty y est adoré sous sa forme traditionnelle de dieu héroïque. Sous l’Ancien Empire, Horakhty avait été veneré à « Iunu »1 en tant qu’« Horus des deux horizons ». Il est représenté comme un faucon soutenant le disque solaire, encerclé d’un uraeus en son sommet. Il est le dieu du soleil qui émerge à l’aube, souverain du ciel protecteur/pourvoyeur des endroits saints du ciel où les âmes bénies demeurent2.

Horus des Deux Horizons, combiné à Rê et à Horus en Rê-Horakhty, est également « roi du ciel ». Ce dieu, un Horus solarisé, évoque la puissance émergente et entièrement régénérée et rajeunie de la divinité3, une jeunesse éternelle et belle. Horakhty est associé à l’Est, Rê à l’Ouest. Ensembles, ils sont « Horus des Deux Horizons », ce sur quoi Akhenaton va s’appuyer.

Dans les premières inscriptions, Akhenaton apparaissait toujours avant Amon-Rê. Sur un scarabée au British Museum, il est indiqué comme étant celui « qu’Amon-Rê a choisi parmi des millions » !

La référence à Shou peut être comprise comme suit :
- dans la cosmogonie de l’Ancien Empire, Shou et Tefnout sont les deux premières divinités à appartenir à l’ordre créé4 et sans cette division entre le ciel et la terre (par l’air entre eux) rien ne serait advenu ensuite.
- dans les Textes des Sarcophages, Shou [le mot Shou est considéré comme signifiant un « air rempli de lumière »], le dieu de l’Air, « fait la lumière après l’obscurité »
- le disque Aton, ou disque du Soleil, est la demeure de Shou5.

A la troisième année de son règne, Akhenaton ajoute le nom didactique d’Aton dans un cartouche, comme si celui-ci faisait partie de la titulature royale. De la troisième à la cinquième année de règne, il met en application un vaste programme, qu’on peut appeler « Le projet Atonien » qui est une réorganisation formidable et complète de la religion, de l’art, de la langue, de l’administration du culte, de l’économie, etc. (lors de la 4° année de règne d’Akhenaton, le Grand-Prêtre d’Amon est littéralement envoyé « dans le désert » pendant que les autres prêtres étaient réendoctrinés). A la cinquième année de règne, la nouvelle résidence royale, Akhetaton (Horizon d’Aton) est un vaste et colossale chantier de construction. Le projet ne sera jamais vraiment achevé (le pharaon a été exceptionnellement représenté avec un marteau dans sa main), et dans la cinquième ou la sixième année de règne, Amenhotep III change sa titulature royale.

1- Nom de Horus changé « de Taureau Puissant des Doubles Plumes » en « Taureau Puissant, aimé (ou amoureux) d’Aton »
2- Nom de Nebty changé de « grand de Maître de Karnak » en « grand de Maître de Khut-Aton » (la nouvelle résidence d’Akhenaton, aujourd’hui située sur le site de Tell-El-Amarna)
3- Nom d’or changé de « couronné à Héliopolis du Sud » en « Encenseur du nom d’Aton »
4- Nom de trône le noyau du nom : « Nefer-kheperu-Rê-Waenrê » ou « parfaites sont les manifestations de Rê, l’unique de Rê » reste inchangé mais il y ajoute « Vivant aux côtés de Maât »
5- Nom personnel de la « dieu loi d’Amenhotep de Thèbes » à « lui qui est utile à Aton, rayonnement d’Aton ou à la gloire d’Aton ». En Egyptien, Akhenaton se prononçait à peu près comme « Akhanyati ».

Notes :

[1] On ou Héliopolis

[2] Cf. Textes des Pyramides 263§337

[3] = soleil levant

[4] Atoum émerge et crée simultanément Shou et Tefnout Cf La Grande Ennéade

[5] avec les rayons de son disque, le soleil clarifie la division faite par Shou, division qui est la condition nécessaire pour que n’importe quoi existe

Informations sur cet article
  • Auteur(s) : her bak
  • Publication : 27 mai 2008
  • Mise à jour : 27 mai 2008

Réactions

Répondre à cet article
  • Vous semblez oublier qu’Akhenaton a eu un fils : Toutankhamon (toutankhaton au début) qui a pris sa suite et les égyptologues ont reconnu, il y peu sa filiation avec Akhenaton.
    Répondre à ce message

L´Egypte Ancienne de Toutankharton - Contenu sous Licence Creative Commons BY-NC-SA - Valide HTML 4.01 et CSS 2 - Design, maintenance :Thomas Joulin



Partenaires : Egypte Antique Photos d'Egypte Fondation Artistique Paris Art Contemporain Photographie