La cosmogonie Thébaine

L’obédience amonienne dans la pré-création et la création

Amon, le Premier, né de lui-même, à l’origine de la Création

Le mythe thébain de la pré-création est complexe et assez obscur : à l’origine des Temps, existait un serpent, appelé Kam-à-tef (Celui qui a accompli son temps1 ) : ce nom signifie simplement que ce serpent cesse d’exister au-delà de son temps.

Kametef2 surgit du Noun et conçoit un fils à l’emplacement de Thèbes : né de lui-même, Irta ou Créateur de la terre, poursuit l’œuvre de son père, en créant les Huit Primordiaux et la Terre Primordiale d’Hermopolis, Amon-Amaunet (fils d’Irta) étant l’incarnation du serpent primordial Kam-à-tef (Amon)3

La généalogie est ici présentée en termes de 4 générations :

  • le serpent Kam-à-tef assimilé à Amon-Rê de Karnak
  • le serpent Irta, assimilé à Min-Amon de Louxor
  • les Huits Primordiaux (dont est Amon qui se régénère ainsi)
  • L’enfant solaire surgissant d’une fleur de lotus (Hermopolis) assimilé à Amon

Irta engendre la terre et les Huit Primordiaux qui poursuivent l’œuvre de création, donnant naissance au soleil, à Ptah, à Atoum, puis retournent à Thèbes pour s’y endormir à jamais.

JPEG - 57.3 ko
Cosmogonie Thébaine : la pré-création

Jusqu’à la fin du Nouvel Empire, à Medinet-Abou, en face de Thèbes, on transportait régulièrement la statue d’Amon, venant de Karnak, saluer son ancêtre à l’apparence de serpent, sa propre forme primitive, Kametef.

La description du serpent, Kametef, « Celui qui a fait son temps », permet de comprendre le processus utilisé par l’analogie du serpent : selon les auteurs, cette image peut évoquer la rapidité fulgurante du reptile et servir alors d’analogie à l’explosion d’énergie d’Amon au moment de la création. L’interprétation de Lucy Lamy et R.A Schwaller de Lubicz semble plus correspondre à l’idée égyptienne : cette image fait référence à la mue de l’animal4 et devient ainsi le symbole de la puissance procréatrice d’Amon et du cycle de la vie.5. Le symbole du serpent qui change de peau et laisse sur le sol une enveloppe à l’image de son corps, est une notion symbolique de cycle : les serpents (Kametef puis Irta) se retirent dans un long sommeil après avoir accompli leur temps.

Les auteurs de la théologie thébaine placent Amon avant le Démiurge Héliopolitain, Amon devant être compris comme étant le Ba de Kametef, Amon devenant ainsi un concept immanent et transcendant.

Amon-Râ-Ptah, Un en Trois : la triade créatrice

Pour résoudre les différents problèmes soulevés par le concept Amon, et conformément à la conception anthropocosmique proto-rationnelle de la pensée égyptienne, les théologiens de Thèbes ont développé l’idée que toute divinité importante est une projection d’Amon, les divinités secondaires de telle divinité étant alors l’expression de telle possibilité d’Amon6

Amon ne tombe pas dans l’oubli, contrairement aux autres membres de l’Ogdoade après la création : il devient Ptah-Tenen, la colline primitive7, puis le dieu du soleil8, haut dans le firmament, qui se régénère continuellement en disparaissant et réapparaissant à l’horizon. Et son nom s’inscrit sur tous les monuments : Amon-Rê.

JPEG - 81.7 ko
La création : le Ciel et la Douat

Dès lors, l’Ennéade d’Héliopolis devient une manifestation d’Amon. En fait, chaque dieu est une projection de son image et trois en particulier forment une unité qui est « Amon » :

  • Rê (dont Atoum est un moment) est son visage
  • Ptah son corps
  • Amon son identité secrète C’est ce que signifie l’expression : « Tout est Amon-Râ-Ptah, Un en Trois »
JPEG - 27.5 ko
La Terre et la Douat : le monde de l’humain


- Les 5 enfants de Nout ou épagomènes (Isis, Osiris, Nephtys, Seth, Horus-Haroëris)
- Leurs enfants : Horus et Anubis
- Les 4 fils d’Horus :

fils d’Horus Point cardinal Animal sacré déesse Viscères
Hapi Sud Babouin Nephtys Poumons
Douamoutef Est Chacal Neith Estomac
Amset Nord Homme Isis Foie
Kebhsénouf Ouest Faucon Selkis Intestins

Ptah et la triade de Memphis, qui lui est liée, est l’histoire de toutes les incarnations de Ptah en répétitions successives (ouhem) de ce qui fut au commencement, à travers tous les règnes de la terre, du minéral à l’homme. Créateur, Ptah forme la terre Ta-Tenen qui le reçoit et en laquelle il est inné : Ptah est le corps matériel d’Amon, dont les Neter sont les organes. A Memphis il est dit que Hapi, Taureau sacré, est l’âme de Ptah.

Absolu et caché, Amon apparaît dans le Noun en son nom de Râ, et féconde ce en quoi il est créé : tous les Neter primordiaux de la terre sont reliés à son corps, quand il les crée en sa qualité de Ptah-Tenen.

Dès lors, dans la première aube, Râ paraît comme sa face, qu’il révèle à l’Orient. A l’opposé, Amon occidental est eau amniotique du Monde, eau aérienne. Fécondateur et nourricier, dans la Nature créée, il est époux de Mout, avec laquelle il engendre Khonsou9.

Atoum devient un moment de Râ, qui, dans la création seconde, devient homme-origine adamique et androgyne, représentatif de Râ : Râ Universel ne peut agir directement dans la Nature puisqu’il en est la cause cosmique. Le Râ qui agit dans la Nature, c’est Atoum, dont le corps matériel est Aton, le globe lumineux apparent (le soleil matériel).

Tableau 1
Neter Ville Principe amonien Symboles / précession des équinoxes Evolution historique
Iounou (Héliopolis) Source divine de Lumière Période des Chemsou Hor10, Gémeaux Période prédynastique, sous le signe de Thot
Ptah Hat-Ka-Ptah (Memphis) Puissance réalisatrice d’Amon comme Créateur Période du Taureau11 Période organisatrice de l’Ancien Empire : nomes, développement de la pensée proto-rationnelle, pyramides
Amon Nout-Amon (Thèbes) Puissance animatrice, fécondatrice et nourricière Amon “Taureau de sa Mère” Développement parallèle. Amon assimilé à Min et au Kamoutef
Amon-Râ Ouast (Thèbes) Résume son double aspect et tous les Neter contenus en puissance dans son nom imprononçable Période du bélier (Ouast) Moyen Empire- Nouvel Empire. Phase de développement de la piété personnelle. Annonce de l’ère d’Horus vers la seconde moitié du Nouvel Empire (annonce la nouvelle période précessionnique : Poissons)

Tout cela est organisé par les auteurs de la théologie thébaine : « Le message du ciel est donné à Iounou, répété à Hat-Ka-Ptah, écrit en caractères de Thot et envoyé à Nout-Amon, d’où est donnée la réponse qui peut tuer ou faire vivre, par Amon, à Ouast »12.

Hat Ka Ptah donne la répétition (ouhem13 ) réalisatrice de la création, selon Thèbes : au Nouvel Empire, les cycles symboliques sont clairement identifiés entre périodes stables (Empires) et troubles et divisions des Période Intermédiaires (transformations).14

Ce qui change avec la période thébaine, c’est que la réflexion et les réponses apportées ne sont plus seulement réservées à la grande noblesse et aux grands prêtres, mais deviennent accessible à toute la société égyptienne : cette philosophie proto-rationnelle, qui annonce la philosophie grecque, est répandue dans toutes les couches sociales sous le Nouvel Empire et la Basse Epoque. Mieux, le modèle culturel thébain s’exporte comme on peut le constater avec l’égyptianisation de la Nubie. Cette pensée égyptienne proto-rationnelle est également assimilée par les toutes les couches sociales des divers Etats de Syrie-Palestine sous domination égyptienne, si bien qu’elle devient un des fondements de la pensée culturelle Proche-Orientale15, au rayonnement Méditerranéen, amplifié par les occupations Perses, Hellénistique et Romaine16 .


Notes :

[1] ou Celui qui a fait son Temps

[2] Attention : Amon-Kametef (c.a.d sous sa forme de Kametef) ne doit pas être confondu avec le Kamoutef

[3] On retrouve la même notion d’incarnation du dieu primordial dans la triade Amon-Mout-Khonsou. Cf infra

[4] ce qui explique le passage entre Kametef – Irta – Amon/Amaunet qui ne sont que des mues d’Amon

[5] Plutarque (v. 40-120 apr. J.-C.) parle du serpent sous le nom de Kneph, et indique que les habitants de Thèbes le vénèrent à l’exclusion de tout autre dieu, ce qui est faux, mais les termes dont il qualifie le serpent sont issus de traditions qui reflètent fidèlement cette forme ancestrale d’Amon, né de lui-même et immortel

[6] cf la base de la hiérarchie des Neter d’Héliopolis

[7] rôle de Ptah

[8] Amon-Rê assimilé à Atoum-Rê

[9] cf infra : la triade Thébaine Amon-Mout-Khonsou

[10] compagnons d’Horus

[11] Hat-Ka-Ptah

[12] Isha Schwaller de Lubicz

[13] c.a.d. les phases précessionniques

[14] Note : à ce sujet, cela ne signifie pas qu’il y ait un plan établi dès avant l’Ancien Empire, comme certains auteurs le pensent : rien ne permet de l’affirmer. Bien au contraire, comme nous le montrons dans cette série d’articles sur les diverses cosmogonies, il y a, à chaque nouveau culte royal, rattachement syncrétique aux traditions existantes, avec explication des questions laissées en suspend ou éludées par les cosmologies précédentes.

[15] influence sur les Phéniciens, sur les Grecs, sur les Hébreux de Juda et Israël, influence sur les royaumes du Nord-Ouest de la Péninsule Arabe

[16] L’incendie de Rome par la secte juive des Chrétiens sous Néron, fait suite à une légende égyptienne, répandue dans tout le fond culturel méditerranéen, selon laquelle une grande cité doit périr par les flammes à cause de ses excès : les chrétiens tenteront d’utiliser cette légende pour provoquer le soulèvement des Juifs de Judée contre l’occupant Romain, en provoquant l’incendie de Rome, signal-symbole de la punition divine. On retrouve également cette légende traditionnelle venue d’Egypte sous un autre angle, dans la punition de Sodome et Gomorrhe, par exemple

Informations sur cet article
  • Auteur(s) : her bak
  • Publication : 31 mars 2008
  • Mise à jour : 31 mars 2008
  • Profil(s) : Egyptoexpert

Réactions

Répondre à cet article Pas de messages pour le moment

L´Egypte Ancienne de Toutankharton - Contenu sous Licence Creative Commons BY-NC-SA - Valide HTML 4.01 et CSS 2 - Design, maintenance :Thomas Joulin



Partenaires : Egypte Antique Photos d'Egypte Fondation Artistique Paris Art Contemporain Photographie