Femmes

Etre femme en Egypte Ancienne

Une exception du monde antique

« Une civilisation se modèle sur un mythe ou un ensemble de mythes. Alors que, dans le monde judéo-chrétien, Ève est pour le moins suspecte, d’où l’indéniable et dramatique déficit spirituel des femmes modernes régies par ce type de croyance, il n’en allait pas de même dans l’univers égyptien. La femme n’était la source d’aucun mal et d’aucune dénaturation de la connaissance, bien au contraire ; c’est elle, à travers la grandiose figure d’Isis, qui avait affronté les pires épreuves et découvert le secret de la résurrection. »

Christian Jacq, Les Égyptiennes.

Dans le monde divin

GIF - 11.6 ko
Nefertiti

Bien que le rôle de demiurge soit généralement masculin, on retrouve des fortes puissances destructrices (sekhmet), bienfaitrice (isis), et sages (mâat) dans le monde divin. Il est à remarquer un schema "universel" constitutif de toutes les triades des grandes villes egyptiennes femme-homme-enfant, que l’on peut considerer comme le prototype de la famille idéale, incarné surtout dans le trio osiris, isis, horus. Ainsi les femmes et les hommes étaient repartis egalement dans le paysages des dieux égyptiens.

« Dans les sphères divines, l’élément féminin, bien loin d’être passif, va donc être l’associé, le partenaire, le protecteur souvent, le fauteur de troubles parfois, aimable ou, s’il le fallait, agressif ou encore truculent, étant toujours la bonne mère et aussi parfois provoquant la joie des dieux »

Christiane Desroches Noblecourt

Dans le monde royal

On peut noter dans l’histoire égyptienne, bien que très majoritairement les pharaons soient des hommes, une petite dizaine de femmes qui sont montées et qui ont profondément marqué l’histoire de leur pays :

Merneith

JPEG - 8.2 ko
Stèle de Merneith

Aussi appelée Méryt-Neith (Méryet-Neith ou Méretneith), cette reine pose un problème. Elle n’apparaît pas dans les listes royales et a vécu dans les toutes premières périodes de l’Egypte pharaonique. On ne peut pas affirmer qu’elle a réellement régné. Cependant, plusieurs indices laissent supposer que tel fut bien le cas. Lorsque Petrie découvrit, dans la nécropole d’Abydos, une stèle funéraire portant le nom de "Méryt-Neith", il l’attribua immédiatement à un roi bien qu’il y manque le nom d’Horus (normalement associé à celui du souverain). On en fit donc le troisième pharaon de la Ie dynastie. Sur la pierre de Palerme, lryt neith est précédé du vautour designant généralement la mère, elle est donc marquée sur des annales officielles en tant que mère, on pourrait donc plutôt penser à une régence. Plus tard, la traduction du nom, "aimée de Neith" , permit de comprendre que ce "pharaon" était, en fait, une femme. La découverte d’un second monument funéraire portant son nom, sur le site de Saqqara, confirma l’idée qu’elle avait dû régner. On decouvra également un tombeau à Abydos (comme la majorité des rois de la première dynastie), qui semblerait être le cenotaphe, un mastaba à Saqqara. Un argument de plus est le fait qu’elle était dotée d’une barque solaire permettant le voyage de son esprit en compagnie du dieu-soleil, dans l’au-delà.

Nitocris

Première femme officiellement considérée comme pharaon régnant, selon les sources connues à ce jour, Nitocris, blonde aux joues roses, succéda à Mérenrê II et régna, selon Manéthon, à la fin de la VIe dynastie, alors passablement affaiblie. De cette reine pratiquement légendaire, Hérodote raconte qu’elle monta sur le trône suite à l’assassinat de son frère. Grâce à une ruse, elle accomplit sa vengeance avant de se donner la mort. Son règne marque la fin de l’Ancien Empire, l’âge d’or de l’Égypte ancienne.

Néférou Sobek

Fille d’Amenhemat III et sœur d’Amenhemat IV, son successeur, Néférou Sobek accéda brièvement au trône d’Égypte entre ces deux règnes à la fin d’une brillante période qui clôture la XIIe dynastie.

Hatchepsout

JPEG - 1.7 ko
Hatchepsout

Hatchepsout est la grande épouse royale de Toutmès II, fille de Thoutmès Ier et petite fille de Ahmosis "fondateur de la 18 ° dynastie" par sa mère. Après la mort prématurée de Thoutmès II, Hatchepsout épouse son énergique et ambitieux neveu, Thoutmès III. Elle gouverne encore seule, s’entourant d’hommes puissants, dont l’intendant et architecte Senmout, à qui elle confie l’éducation de sa fille Neferure. Après quelques années, Hatchepsout monte en tant que pharaon sur le trone (en l’an sept du règne de de Toutmes III), et disparait à la 21 ème année. Elle déploie une politique résolument pacifique et préside au colossal développement matériel de l’Égypte, laissant Toutmosis III étendre son royaume des cataractes supérieures du Nil en Nubie jusqu’à l’Euphrate en Asie. Elle procède à la réparation des saccages causés par les Hyksos :

« J’ai reconstruit ce qui avait été détruit et parfait ce qui était incomplet ».

Selon certains égyptologues, Néfertiti aurait exercé la corégence avec Akhénaton et serait devenue la souveraine absolue à la mort du roi. Elle aurait été jusqu’à prendre le nom de Smenkhkarê, considéré jusqu’à présent comme un jeune frère du roi. Toutefois, l’argument manque encore de preuves tangibles.

Taousert

Taousert, dont Théophile Gautier emprunta le nom sous la forme de Taôser pour l’attribuer à l’héroïne de son Roman de la Momie, accéda à la couronne d’Égypte durant les luttes intestines de la fin de la XIXe dynastie.

Cléopâtre

JPEG - 9 ko
Cléopâtre mordue par le serpent

Reine d’Égypte, elle usa de son habileté politique et de son charme pour tenter de sauver son pays de l’annexion romaine. Intelligente, cultivée et polyglotte (c’est la seule des lagides à avoir voulu apprendre l’égyptien), Cléopâtre monta sur le trône à la mort de son père Ptolémée XII (dit le Flûtiste) en 51 avant JC. Alors âgée de dix-sept ans, elle épousa son jeune frère (Ptolémée XIII) comme le voulait la tradition et régna à ses côtés, jusqu’à ce les ministres de ce dernier ne l’exilent. Laissons de côté les intrigues de l’eunuque Potheinos et du général Achillas. Cléopâtre, exilée en Syrie, ne fut pour rien dans l’assassinat de Pompée ; ce sont les ministres de Ptolémée XIII qui orchestrèrent le meurtre.

Dans la litterature

Le personnage féminin domine également dans une petite part des genres littéraires égytiens, je vous propose quelques principaux romans et histoire où à travers les lignes on peut déceler ou comprendre une certaine vision de la condition fémine ou de la femme égyptienne

Le papyrus de Westcar

JPEG - 7.8 ko
Le Papyrus de Westcar

Le Papyrus Westcar fut découvert en 1839 par le comte allemand Miß Westcar. Il est conservé au musée de Berlin, et date probablement de la Période Hyksos. Le Papyrus contient une série d’histoires racontées par les fils de Kheops : il ne nous reste presque rien du premier, "Un prodige sous le roi Djoser", dont l’ état du payrus est très fragmentaire.

Le deuxième conté par le prince (et futur roi) Khéphren, se nomme "Un prodige sous le roi Nebka" ou "Le conte du mari trompé". Il comporte de sérieuses lacunes. L’épouse de Ouebainer s’éprend d’un riche personnage qu’elle retrouve dans un pavillon de son jardin. Mis au courant par le jardinier , Ouebainer la dénonce au roi nebka, puis s’en suit alors d’affreuses sanctions pour les amoureux. En savoir plus et voir la traduction du conte

Le troisième conte, dû au prince Baoufrê, Un prodige sous le roi Snéfrou ou Le conte des rameuses relate l’aventure de vingt jolies jeunes femmes qui promènent le roi sur les eaux d’un lac. La cheftaine d’une des deux équipes, ayant laissé tomber à l’eau un bijou en forme de poisson, cesse de ramer et avec elle toute l’équipe. A la demande du roi, un magicien sépare les eaux, retrouve le bijou et le rend à sa propriétaire. En savoir plus et voir la traduction du conte.

Les autres contes n’ont rien à voir avec le sujet traité actuellement, si vous souhaitez en savoir plus sur ceux-ci, vous pouvez regarder à la fin de l’article les liens et sources de celui-ci.

L’histoire du berger

Bien qu’assez incompréhensible, l’histoire du berger peut se résumer ainsi (merci à Lina pour l’aide dans la compréhension de ce texte !) : alors qu’il s’occupait comme chaque jour de son troupeau, un berger rencontra par hasard une divinité qui prenait son bain. Le berger prit la fuite après que celle-ci lui ait demandé de faire l’amour. Probablement déçus de sa réaction, d’autres bergers récitèrent une formule magique permettant au berger de se retrouver de nouveau seul avec la déesse et de ne plus avoir peur. Ainsi les bergers lui permirent de revenir sur ses erreurs...

Maximes de scribes

Ici nous abordons la vision de la femme par les scribes, ce sont donc des textes écrits par des hommes, pour des hommes, des conseils d’ordre généraux.

Romantisme et amour

Nous vous proposons une serie de textes à propos d’amour et de romantisme

Informations sur cet article
  • Auteur(s) : Thomas
  • Publication : 30 mars 2005
  • Mise à jour : 30 mars 2005
  • Profil(s) : Egyptologue

Réactions

Répondre à cet article
  • sylvie v : As t’on des détails sur les rituels d’initiation
    Répondre à ce message
    • on montre ou on falcifie l’histoire de l’egypte en parlant que ce qui arrange l’europe sur l’origine vraie des peuples egyptiens de l’antiquité ,ceux qui sont à l’origine de la science et arretons de voiler les faces de l’histoire car un jour la verité fera face : l’origine noire de ce peuple !la falcification de l’histoire quand ça n’arrange pas c’ est le point fort de l’européen ! UNE question pourquoi le nez des statues qui reflete des taits africains de certains pharaons est cassé(meme au musé du l’ouvres6/8 des statues ont un nez cassé et on va nous dire que c’est à cause du climat ou quelque chose de ce genre,alors que les statues des savants grécques et tous ceux qui representente l’histoire européen on gardé leur nez c’est bizzar non !) et plus le plus flarguant est ce lui du phinx JE SUIS UN européen mais il faut qu’on arrete de croire sans réfléchir ni analyser les propos lancés par certains de nos savants qui n’ ont pas étaient objectif sur l’histoire(ce qui glorifiait leur image et vrai et pour les autres ce ci est inadmissible)
      Répondre à ce message
      • c’est vrai en plus ! toutes les statues ont le nez cassé, et ici, on vient de me parler d’une reine blonde au joues roses à la 6ème dynastie, c’est un peu n’importe quoi, ca ! blonde aux joues roses, à cette période elle vivait comment sous ce soleil là ??? n’oubliez pas que l’Égypte est en Afrique, à l’époque ou les égyptiens ont commencé à régner sur la terre, les blancs n’avaient encore rien commencé, et si c’était des blancs, comment ce fait -il que ce qu’ils ont fait en Égypte, il ne l’aient pas fait ailleurs ?? Pourquoi quand des noirs font des choses grandiose, ils deviennent blancs ?? voire blonds ? aux joues roses ?? Faudrait songer à arrêter, on va finir par croire que vous êtes racistes !
        Répondre à ce message
        • Yatsuki :

          "Une femme, Nitocris, régna ; elle avait plus de courage que les hommes de son époque, et elle était la plus belle de toutes les femmes, elle, blonde aux joues roses. On prétend qu’elle a construit la troisième pyramide."

          Fragment de Manéthon tiré d’un texte d’Eusèbe.

          Ce n’est en aucun cas du racisme de l’auteur qui n’a fait que mettre des extraits de textes anciens... L’origine noire des premiers pharaons est prouvée, et le fait qu’ils ne soient plus représentés en tant que noirs par la suite est peut-être due à leurs mariages avec des princesses étrangères à la peau blanche. Et puis, il n’est pas inconnu non plus que les traits qui faisaient complexer les pharaons étaient brisés sur les statues : par exemple Akhénaton a fait, par la suite, réprésenter sa femme aussi laide que lui. Après, celà peut-être dû à d’autres raison comme l’érosion, l’humidité des tombes... Les tombeaux grecs ou romains n’étaient pas fermés, scellés, et étaient entretenus contrairement aux tombeaux égyptiens.


          Répondre à ce message
          • Irya : Arrêtez, arrêtez d’assassiner l’Histoire ! Trop c’est trop, en tout cas jamais plus vous ne me ferer gommer pareil absurdité ! Déjà on sait tous qu’ils ne se mariaient que dans leur famille (soeur avec frères et autres) donc c’est pas possible quelle soit blonde avec des joues roses ! T’es en Afrique là, t’es pas en Sibérie ! Et encore, tous les Sibériens ne sont même pas blonds ! Tiens une récente découverte américaine affirme que la soeur de cette fameuse Cléopatre était noire. Je ne sais pas mais pour l’instant y’a que les Anglo-Saxons qui ont le culots de reconnaitre que les Egyptiens étaient des Noirs (pas tous c’est vrai mais bon) à quand les Latins ? On veut nous faire croire que la population égyptienne antique était extrêmement métissé arrêtez ! Ce que vous dites n’a aucun sens, ils étaient tous originaires du même endroit : l’Afrique ! Y’a qu’à regardez autour de nous : les métisses ne sont que 2% de la population (une étude ancienne datant de 2003 environ) alors qu’on est plus avancés que les Egyptiens Antiques. J’ai même pas envie d’imaginer leurs époques, ils devaient être vachement racistes les gens avant(Les Pharaons ne se mariaient que dans leurs propres familles : c’est pas Cléopatre qui a époussé son frère ? alors maintenant avec un étranger ) alors parlez moi de métissage ! C’est comme si je parlais d’un Ipod à un Pygmée ouais !
            Répondre à ce message
            • vous avez rien a dire ceux qui écrivent les messages un texte de 10 lignes pour rien dire ses de la perte de temps...
              Répondre à ce message
            • selket :

              seuls les pharaons se marié entre frère et sœur et mais ce n’était pas systématique ainsi du sang neuf était réintroduit.

              il y a réellement eu du métissage. par exemple Ramses II a épouse deux princesses hittite(qui vivaient dans les montagnes de l’actuel Turquie) beaucoup de princesse étrangère étaient donné aux pharaons pour permettre de créer des liens entre les deux royaumes donc le métissage étaient courant a l’époque du moins pour les pharaons n’ont pour le peuple.

              en effet Cléopâtre était grecs donc elle avait les traits européen.

              les égyptiens avaient des traits de type berbère et non africains.une erreur souvent courante est de croire comme les statues de bois étaient peinte en noir(par ex les deux colosses gardant l’entrée de la chambre funéraire de Toutankhamon) de croire qu’ils étaient de couleur noire alors que ce n’est pas le cas la couleur étant seulement un symbole de la mort.si on considère que les égyptiens ont des traits berbère alors ils pouvaient avoir des femmes blondes quand au joues roses cela me laisse sceptique mais peut être qu’il s’agit seulement du fait qu’elle mettait un fard


              Répondre à ce message
      • -_- : j’ai été au Louvre y a pas longtemps, pas mal de bustes grecs avaient le nez manquant (partie la plus fragile d’un buste qui est la première chose qui se brise), donc ce soit disant complot a caché les nez larges est étrange. L’europe trouverait qu’elle avantage a un tel mensonge ? Aucun. J’ai jamais lu que des européens (ou blancs comme vous voulez) auraient été pharaons. Ce qui leur fait dire qu’ils sont metissés c’est les différentes représentations dont on dispose qui sont plus ou moins typé "berbère", plus ou moins foncés. (l’exemple d’Hatchepsout, ses représentations ne sont pas du tout negroïde ou alors encore l’exemple du scribe accroupi egalement présent au Louvre qui n’est pas négroïde non plus ) Je vois pas ce que celà changerait pour l’europe qu’ils soient plus foncé, métissé ou non. Quant à cléopatre elle aurait été blanche, car d’origine grecque...
        Répondre à ce message

        •  _- Merci à toi d’avoir nettoyé le faux et le flou par du concret et du net. C’est toujours plaisant de voir une fin si objective (dénuée de tous blablas personnels et pour le moins déroutants...).
          Répondre à ce message
        • Nounette : Le fameux argument des traits négroides...En tant que "négro-africaine" je n’ai jamais compris ce stéréotype sur les traits des noirs...Je m’explique : de toute ma vie j’ai vu tellement de sortes de noirs que pour moi ce stéréotype parait complètement bizarre.Les traits varient vraiment selon les zones d’afrique...Les populations d’afrique de l’est notamment les éthiopiens, djiboutiens ont des traits très fins et une peau assez claire pourtant personne ne doute de leur noirceur ? Les bushmen sont les indigènes d’afrique australe et ont des yeux bridés mais ils ne sont pas asiatiques ? Tout cela pour dire que c’est exclure beaucoup de noirs que de s’en tenir au traditionnel "peau couleur charbon lèvres très lippues et nez écrasé" alors qu’en même temps la peau noir "varie du noir ébène au carrément "très clair" sans ascendance métisse, du nez très épaté au nez carrément droits que j’ai pu observer ? Tout ça pour dire que généralement les gens qui se basent sur ce stéréotype n’ont certainement jamais du mettre les pieds en Afrique...
          Répondre à ce message

L´Egypte Ancienne de Toutankharton - Contenu sous Licence Creative Commons BY-NC-SA - Valide HTML 4.01 et CSS 2 - Design, maintenance :Thomas Joulin



Partenaires : Egypte Antique Photos d'Egypte Fondation Artistique Paris Art Contemporain Photographie